théâtre

© Jean-Louis Fernandez

John

Wajdi Mouawad / Stanislas Nordey

DU 30 NOV AU 12 DÉC | Hors les murs

Ne supportant plus la solitude et l’indifférence de sa famille, John, un adolescent québécois, décide de mettre fin à ses jours. Il veut s’expliquer une dernière fois, et enregistre une vidéo où se déverse un flot de colère et de souffrance. Un concentré d’émotions brutes.

Le théâtre est l’art de mettre des mots sur les troubles, de la lumière sur les ténèbres, des contours à la confusion. John est un spectacle qui aborde un sujet rare parce que tabou : le suicide des adolescents.
Wajdi Mouawad a eu l’idée de ce texte après avoir croisé sur une route au Québec un adolescent, parti de chez lui, en proie à une grande détresse et qui, racontant son histoire répétait « Ma mère, c’est pas un cœur qu’elle a dans le cœur, c’est une brique ».
Magistral poète des replis obscurs et lumineux de l’âme humaine, Wajdi Mouawad déploie en un monologue rageur et implacable, la confusion et le chagrin insondable qui poussent à l’irréparable.

Stanislas Nordey place cette ultime confession dans un écrin minimaliste d’où jaillit la force de vie de John, remarquablement porté par Damien Gabriac, fidèle comédien de Thomas Jolly et aujourd’hui membre de la troupe du Quai.
Respectivement directeurs du Théâtre de la Colline et du Théâtre National de Strasbourg, Wajdi Mouawad et Stanislas Nordey envisagent John comme un spectacle déclenchant la parole.

John

comments powered by Disqus