Rencontres

université populaire

Arts contemporains

MER 7 FÉV | 20:00 | SALON 2

L’art contemporain est porteur de bien des maux : peu lisible, incompréhensible, réservé à une élite… Pourtant, grâce à la création, unique au monde, du modèle des FRAC en 1982 (Fonds Régionaux d’Art Contemporain), la question des « publics » est devenue peu à peu, centrale. Avec ce même leitmotiv : comment « toucher » ceux qui sont isolés, laissés pour compte, éloignés de l’art ? Comment rendre accessible ce qui est du domaine du sensible et de l’expérience intime ?
Comment permettre à tous d’apprécier les œuvres d’art ? Ces deux conférences s’attacheront à soulever le voile sur la question de l’accessibilité en découvrant des œuvres et projets d’artistes mais aussi les outils qui sont développés aujourd’hui. Souvent inconnues du public, les actions sont pourtant nombreuses sur les territoires avec des artistes mobiles, engagés et passionnés par ce qu’ils transmettent. Ces deux moments seront également l’occasion de rencontrer les artistes eux-mêmes et d’échanger avec eux sur leur pratique. En, effet, pour chaque conférence, une ou un artiste viendra présenter son travail et sa démarche artistique.

C’est en temps que responsable de la politique des publics des Ateliers de Rennes - Biennale d’art contemporain qu’Anne Hélène Frostin tente de rendre accessible au plus grand nombre les œuvres des artistes d’aujourd’hui. Diplômée de l’Ecole de Louvre et spécialiste des questions & problématiques relatives aux publics, (Qui vient voir les expositions ? Mais surtout, qui ne vient pas et pourquoi ?) elle intervient également régulièrement auprès d’agences d'ingénieries culturelles et notamment pour l’agence le troisième pôle pour développer un certain nombre d’outils de transmission adaptés à chaque visiteur.

L’Université Populaire d’Angers propose des conférences gratuites et ouvertes à tous, dont les thèmes abordés s’inspirent majoritairement des arts et des sciences humaines. Elle souhaite favoriser l’éducation des uns par les autres et partager des savoirs, elle n’a en ce sens vocation aucune de remplacer ou de concurrencer les écoles ou universités, mais bien de proposer une autre possibilité d’apprendre et de s’instruire pour son plaisir personnel. Elle souhaite s’élever contre toute pensée unique ou fascisme en combattant l’ignorance.

Il n’y a ni diplômes, ni examens ou inscription requise.

 

comments powered by Disqus